Actualité 
Vigie & Suzanne au 63ème Pardon de Conflans-Sainte-Honorine

C’est une célébration traditionnelle que les mariniers ne manqueraient pour rien au monde malgré la grave crise qui touche le secteur, concurrencé par la route et le rail. 
Quai d’Austerlitz, une dizaine de statues de la Vierge, venues des quatre coins de France sont embarquées tôt le matin à bord de péniches pavoisées pour l’occasion qui descendent la Seine jusqu’à Conflans-Sainte-Honorine. Elles ont été précédées par un bateau qui apporte la flamme du souvenir provenant de l’Arc de triomphe, ravivée hier soir par d’anciens combattants de la batellerie. Tout le week-end, la ville va vibrer au rythme de la batellerie : bénédiction des bateaux, messe de la batellerie et remise du prix du plus beau décor de bateau !
Source https://www.bibliomonde.fr

Cette Année après de longs mois sans manifestations (Covid), SEQUANA a participé au 63ème Pardon de Conflans-Sainte-Honorine avec la présence de quatre bateaux : Vigie, Suzanne, Ville de Chatou et Gaston.

Vendredi 24 juin 2022

Une fois le tableau des équipages rempli et bouclé, une fois les unités préparées, les sacs de bois comptés et rangés il ne nous restait plus qu' à prendre la route en direction de Conflans, c'est ce que nous avons fait le vendredi 24 à 13 heures.


Amarrés au ponton, les deux vapeur sont en cours de préparation Ville de Chatou, mis à l'eau la veille est à couple de Vigie. C'est Vigie qui le remorquera. Suzanne remorquera Gaston qui lui a été mis à l'eau au Club nautique de la Boucle à Montesson.

 

Pardon de Conflans

24, 25 & 26 juin

  Ve 24 Sa 25 Di 26  
 
  MAD MAD MAD
 Vigie

 

 
Yves Yves Yves machine
Jean-Bernard Jean-Bernard Jean-Bernard chauffe
Pierrick   Pierrick barre
 
Suzanne Jean-Marc Jean-Marc Jean-Marc machine
 

 

Fabrice Fabrice Fabrice chauffe
Olivier Pierrick Marie-Pierre barre

13h51 pont de Bougival (sac1)

 

14h01, nous arrivons à l'écluse de Bougival, dénivelé 3,25 m., longueur 185 m.

 

 

 

 

Dans l'écluse de Bougival, bajoyer de droite (vue en direction de Conflans).

 

 

 

 

15h36 

14h46 pointe aval de l'Ile de la Loge (sac 2)

14h57 Pont Rail de Saint-Germain, Ile Corbière.

15h05 PK 54 (sac 3).

15h33 PK 58 (sac 4), le pont-rail de Maisons-Laffitte.

 

 

 

 

 

15h56, devant le Club nautique de la Boucle à Montesson où Suzanne prend Gaston en remorque. 
Équipage Jean-Claude et Danielle.

 

 

 

 

Photo Fabrice Bonneville

Ville de Chatou en remorque. À bord, François et Bertrand à la barre .

 

 

 

16h00 PK 60, ancienne cimenterie des Trembleaux.

 

 

C'est à peu près à cet endroit qu'une durite d'alimentation en eau de la chaudière s'est rompue. En effet le clapet anti-retour en aval de la vanne d'alimentation de la chaudière ne fonctionnait pas correctement et la vapeur refoulait l'eau chaude dans la soute. Les durites de plomberie ne peuvent pas résister à cette température. À 8 bars la température est de 175° et le flexible en caoutchouc n'a pas résisté à la fermeture de la vanne d'alimentation en eau froide. 
Il a fallu fermer la vanne d'admission du générateur pour que la vapeur ne nous brûle pas (nous avons jeter une serviette sur la fuite) et jeter le feu de toute urgence car le niveau était très bas.

 

Une fois la situation en sécurité, il a fallu résoudre le problème pour pouvoir continuer
Par bonheur dans la caisse à outils, il y avait une durite plus courte mais qui, en supprimant un mamelon 3/4, a pu remplacer celle percée. 
Ensuite nous nous sommes amarrés à Suzanne qui a remorqué les trois bateaux le temps que nous fassions du feu. 
Une fois en pression, nous avons repris notre route.
La chance était de notre coté.

 

 

16h29 PK  62, église de La Frette-sur-Seine

 

 

 

 

 

16h46 PK 64 (sac 5) Herblay

Suzanne avec Jean-Marc, Fabrice, et Olivier

 

 

 

Le ciel bleu de la photo précédente ne laissait pas prévoir le violent orage qui est survenu soudainement et qui nous a trempés jusqu'aux sous-vêtements. Impossible de se protéger même avec les anoraks...

 

17h58, Conflans-Sainte-Honorine PK 70 amarrés au ponton de la Gendarmerie fluviale.
En Seine aval, le PK 0 correspond au Pont-Marie (rive droite) ou au pont de la Tournelle (rive gauche)
PC signifie Ponts & Chaussées et l'ancre rappelle l'aventure, le voyage, le nouveau départ. Elle est le symbole même de la marine... des différentes marines.

Et bien nous, nous avons jeté l'ancre au PK 70 de la Seine aval pour ce 63ème Pardon.

 

Sitôt arrivés, ma préoccupation était de pouvoir remplacer cette foutue durite. Par bonheur Marie-Pierre était venue nous chercher et a pu nous ramener à Chatou où j'ai pris ma voiture et filé chez Leroy-Merlin pour racheter une durite, il était 17h59 quand j'ai repris ma voiture (le magasin ferme à 20 heures).

Samedi 25 juin 2002 - Le jour du Pardon

Rendez-vous à 7h30 à la Gare d'eau avec Laurence, Anne-Marie et Brigitte. Nous filons à travers la forêt e de Saint-Germain, vers Conflans.

Arrivés, j'allume Vigie et Suzanne en attendant que les équipages arrivent. Vers 9 heures les premiers (ceux de la vapeur) arrivent puis les autres suivent. L'objectif est d'être opérationnel à 10 heures. Nous le sommes.

 

 

Fendage du bois livré la veille. Pierrick et Jean-Bernard s'y adonnent à cœur joie.

 

 

 

 

Le stand de SEQUANA est tenu par Anne-Marie, Brigitte et Laurence. Il est à coté de celui du musée de la Batellerie.

 

 

 

 

 

Les premiers bateaux commencent à arriver et à s'amarrer où de la place est disponible. Il faut dire qu'ils prennent pas mal de place, on n'est plus dans la gabarit Freycinnet.

 

 

 

Photo Fabrice Bonneville

Suzanne et Gaston à couple

 

 

Vers 10 heures Suzanne prend son premier tour. (Elle est au centre de la photo). Bien sûr à coté des bateaux de commerce, elle n'est pas bien imposante. Nous ferons des tours de 1,5 - 2 Kilomètres d'une durée de 20 minutes.

 

 

 

Le Pardon national de la batellerie incarne l’identité de Conflans-Sainte-Honorine, capitale de la batellerie. C’est la manifestation phare de la commune.
Un moment qui permet à chacun de se rappeler l’importance de la voie d’eau dans la construction de la cité, au fil des siècles.
Un moment qui offre une opportunité unique d’ouvrir le dialogue entre les gens d’à bord et les gens d’à terre, notamment autour des stands du Village, des acteurs du fleuve. 
Les mariniers sont toujours ravis de pouvoir présenter leur activité, leur quotidien, leur passion. Les cérémonies perpétuent l'histoire des bateliers Morts pour la France.

Les bateaux remontent petit à petit vers Herblay, point de départ de la parade. Ils sont décorés de banderoles pour les jours de solennité. Pavois vient de pavillon. Pour les jours de fêtes, on hisse tous les pavillons disponibles c'est alors le grand pavois.
Comme les bateaux de commerce sont dépourvus de mâts le pavois est plutôt horizontal ou oblique.

 

 

 

 

Nous continuons les tours, on en fera cinq jusqu'au déjeuner que nous partagerons sur une tablée de quatorze sous la tonnelle. Déjeuner fort agréable entre copains.

 

 

 

 

Le temps des cérémonies et des discours a eu lieu vers 14h30. Ici Laurent BROSSE, Maire de Conflans-Sainte-Honorine, Vice-président de la communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise,  Conseiller départemental des Yvelines. 
Laurent MOUTENOT, adjoint au maire délégué à la Batellerie, Conseiller communautaire de Grand Paris Seine & Oise était présent.

À la suite de ce moment le cortège s'est acheminé en direction du Pointil où l'allumage de la vasque  au monument aux morts de la Batellerie a lieu.

 

Le bateau-pompe Lieutenant Gillet (Chef de corps), transformé en bateau-pompe à partir d'un remorqueur construit en 1932 par les chantiers Van der Giessen & Zonen aux Pays-bas pour la Standard Oil & Cie.
Dans les années 1960 son moteur, un Sulzer de 120 cv, est remplacé par un moteur Baudouin de 150 cv.
À partir de 1970, il est utilisé comme bateau-pompe.
Repéré par les sapeurs-pompiers de Conflans-Sainte-Honorine en 1981, il racheté par la Ville et est rénové par les sapeurs-pompiers eux-mêmes. Deux pompes à incendie Berliet sont installées animées par deux moteurs Peugeot.

 

 

Le Jacques a été construit à Creil en 1904 sur les plans d'une "Guêpe moyenne", Il a été sauvegardé par M. Alain Naveteur et a été confié à l’Association des Amis du Musée de la Batellerie pour le franc symbolique auprès de la société EMCC en 1996.
Deux années de travaux ont été nécessaire pour trouver les financements et réaliser les travaux qui furent nécessaires pour lui rendre son apparence d'aujourd'hui. Reste encore à lui remettre sa motorisation à vapeur mais ceci est une autre histoire.

 

 

 

Triton 25 est un remorqueur fluvial transformé en pousseur lancé en 1954 à Petite-Synthe (Nord) par le chantier naval de Carel et Fouché. Il appartient depuis 1997 à l'Association des Amis du Musée de la batellerie des Yvelines à Conflans-Sainte-Honorine. 
Il naviguera jusqu'en 1995. En 1973 il est doté d'un nouveau moteur diesel 8 cylindres de 400 ch Baudouin type DV8.
Il participa à l'Armada de Rouen en juillet 1999.

 

 

 

Suzanne et Vigie inlassablement font des ronds dans l'eau devant la cité batelière, se faufilant entre les grosses unités pavoisées dans un concert de cornes et de sifflets. 

 

 

Photo Fabrice Bonneville

 

 

La plaisance est aussi présente sur les bords et en navigation.

Au fond, le Je sers, le bateau-chapelle de la Batellerie. Cette péniche construite en 1919, en béton peinte en blanc était autrefois destiné au transport de charbon. C'est aujourd’hui la paroisse des mariniers.
Le bateau-chapelle consacrée à Saint Nicolas est l'église des bateliers et de tous ceux qui sont en rapport avec la batellerie.

 

 

Gaston piloté par Jean-Claude et Danielle passe devant la Tour Montjoie, édifiée à la fin du XIème siècle sur les restes d’une fortification en bois incendiée lors d’une guerre féodale.
Il s’agit d’un témoin précieux de la première génération des châteaux de pierre en Île-De-France, l’un des plus beaux spécimens de donjon roman quadrangulaire subsistant dans la région.

 

 

 

Photo Fabrice Bonneville

Ville de Chatou et la rive droite de Conflans au PK 70.

 

 

 

Sur le quai un panneau mentionnant le ponton "L'Hirondelle" Le Bien-gagné , ancien embarcadère (Classé MH), dernier témoin du transport fluvial de la Grande époque, gare flottante équipée de guichet  et d'une salle d'attente qui permettait l'embarquement et le débarquement des passagers. 
Aujourd'hui dans un triste état, il attend des jours meilleurs.

Ici photographié en juin 2010.

 

Quelques photos de la parade

 

Vue générale de Conflans-Sainte-Honorine, capitale de la batelerie. On distingue la Tour Montjoie, le château du Prieuré qui accueille le musée de la Batelerie et l'église Saint-Maclou.

 

 

 

 

Le soir les bateaux sont amarrés au ponton de la Gendarmerie fluviale, créée en septembre 1976. Ses missions sont variées : surveillance de la navigation de commerce et de plaisance, interventions et enquêtes sur crimes et délits, protection de l’environnement, de la santé publique… C’est la police de la voie d’eau.

Gaston et Suzanne au ponton.

 

 

Dimanche 26 juin 2002 - Le retour sur Chatou

9h50 Conflans-Sainte-Honorine PK 70. Vigie devant le Solana. Yves et Fabrice s'apprêtent à reprendre le fleuve, Jean-Bernard est déjà sur Vigie.

 

Photo Fabrice Bonneville

 

 

11h08 Herblay PK 65

11h31 PK 64 (sac 3)

12h00 PK 60 (sac 4)

12h40 Pont-rail de Maisons-Laffitte PK 58 (sac 5)

13h10 PK 57 (sac 6-7) Club nautique de la Boucle à Montesson. On laisse Gaston et On prend Joselyne qui tiendra la barre jusqu'à Chatou.

14h11 Pont Rail de Saint-Germain, Ile Corbière (sac 8)

16h40 Écluse de Bougival

Vers 17 heures, arrivée à Chatou

Retour